La myélopathie cervicale : définition, conséquences, et traitement

La vieillesse est un passage obligatoire dans la vie de tout être humain. Les habitudes ont un énorme impact pendant cette période. De plus, de nombreux maux peuvent surgir pendant le vieillissement et de nombreuses personnes doivent faire face à certaines maladies. La myélopathie est une maladie de la moelle épinière qui survient durant la vieillesse.

Vous en avez peut-être entendu parler et vous êtes curieux de savoir de quoi il s’agit. Nous vous proposons de prendre connaissance de l’essentiel à propos de cette maladie. Lisez la suite pour tout savoir.

Qu’est-ce que la myélopathie cervicale ?

L’une des premières choses à savoir sur myélopathie cervicale est qu’il s’agit d’une maladie de la moelle épinière qui entraine la compression de celle-ci ainsi qu’une incapacité neurologique. Cette maladie est généralement provoquée par l’arthrose ou le vieillissement.

Pendant la vieillesse, le corps se fragilise un peu plus et les disques se déforment. Les vertèbres glissent, le ligament vertébral s’épaissit. On assiste parfois au développement d’un kyste articulaire et bien d’autres.

En ce qui concerne l’arthrose, elle entraine la déformation des articulations postérieures. Les déformations en question peuvent provoquer le rétrécissement du canal rachidien central. Dans tous les cas, les risques de myélopathie s’amplifient.

Quelles sont les conséquences de la myélopathie ?

On peut assister au développement de nombreux troubles avec cette maladie. Tout d’abord, le malade peut subir de fortes douleurs cervicales ou des douleurs non spécifiques. Cela entraine également l’engourdissement de ses membres, la sensibilité de la voie nerveuse ou même la névralgie.

Des troubles sphinctériens, sensitifs, de la marche peuvent aussi faire leur apparition. Dans ces cas, il est primordial de consulter un professionnel du domaine dès l’apparition des premiers signes de douleurs ou autres symptômes. Celui-ci pourra procéder au diagnostic du mal et à des examens physiques si nécessaire. Ensuite, il pourra effectuer l’IRM (Imagerie par Résonance Magnétique).

Quels sont les différents traitements possibles ?

La myélopathie peut se traiter de différentes manières. Bien qu’elle soit incurable, on peut limiter les dégâts et essayer de trouver un rythme de vie plutôt normal. On tient compte de la gravité du problème pour décider du bon traitement.

Un suivi sous médicaments peut se faire. On peut pratiquer également la kinésithérapie. Plusieurs séances peuvent soulager le patient. On peut aussi utiliser certains appareils comme le collier cervical.

Dans les cas extrêmes, une intervention chirurgicale est nécessaire. Le procédé intervient lorsque les autres traitements ne sont pas efficaces. Il peut s’agir de la discectomie, du remplacement total du disque, de la chirurgie, de la colonne vertébrale, de la laminectomie, etc. Il est tout de même préférable de le choisir en dernier recours.

Quels sont les risques de l’intervention chirurgicale ?

L’intervention chirurgicale permet la suppression de la compression subie au niveau de la moelle épinière ou des racines nerveuses. Comme pour toute intervention chirurgicale, celle de la myélopathie comporte de nombreux risques. Il peut y avoir des complications de diverses natures. Notons que ces cas sont quand même rares.

Tout d’abord, il y a des risques d’hématome compressif, des lésions neurologiques ou une infection profonde ou superficielle, etc. Dans tous les cas, il faut rapidement se rendre chez un spécialiste pour une prise en charge de qualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.