L’infirmier et les soins d’urgence en entreprise

L’infirmier a un rôle central dans la gestion des urgences médicales en entreprise, en raison de sa formation, son expérience et ses missions prévues au Code de la Santé Publique, à savoir le rôle propre d’infirmier et le rôle de mise en œuvre des prescriptions ou protocoles médicaux

Les sauveteurs secouristes au travail ne peuvent pas prendre la place de l’infirmier dans l’organisation des secours en entreprise (articles R4224-15 et R4224-16 du Code du travail), mais ils peuvent apporter une contribution très importante, surtout en cas de victimes nombreuses ou en absence de l’infirmier.

Les interventions en cas d’urgence médicale sont réglementées par les articles R4311-14 et R4312-29 du Code de la Santé Publique :

  • L’infirmier reconnaît si une situation relève de l’urgence ou de la détresse psychologique et met en œuvre des soins prévus dans le protocole de soins d’urgence, écrit, daté et signé par le médecin responsable du service
  • En cas d’absence de protocole, l’infirmier décide des gestes à pratiquer en attendant que puisse intervenir un médecin (et peut éventuellement demander ensuite au médecin responsable du service l’établissement de protocole)
  • Ses actes doivent obligatoirement faire l’objet de sa part d’un compte rendu écrit, daté, signé, remis au médecin et annexé au dossier du patient
  • L’infirmier prend toutes mesures en son pouvoir afin de diriger la personne vers la structure de soins la plus appropriée à son état

Autres rôles par rapport aux situations d’urgence:

  • tenue du registre d’accidents du travail bénins
  • relais avec les secours extérieurs
  • formation des secouristes de l’entreprise (article R 4311-15 du Code de la Santé Publique)
  • collaboration avec le médecin, communication des informations recueillies
  • formation continue, qui inclut les soins infirmiers d’urgence (art. R4623-29 du Code du travail)

 

Aspects réglementaires du Code de la Santé Publique sur le rôle propre de l’infirmier et les soins d’urgence en entreprise

>>> Article R 4311-3: « Relèvent du rôle propre de l’infirmier ou de l’infirmière les soins liés aux fonctions d’entretien et de continuité de la vie et visant à compenser partiellement ou totalement un manque ou une diminution d’autonomie d’une personne ou d’un groupe de personnes.

Dans ce cadre, l’infirmier ou l’infirmière a compétence pour prendre les initiatives et accomplir les soins qu’il juge nécessaires conformément aux dispositions des articles R. 4311-5 et R. 4311-6. Il identifie les besoins de la personne, pose un diagnostic infirmier, formule des objectifs de soins, met en oeuvre les actions appropriées et les évalue. Il peut élaborer, avec la participation des membres de l’équipe soignante, des protocoles de soins infirmiers relevant de son initiative. Il est chargé de la conception, de l’utilisation et de la gestion du dossier de soins infirmiers. »

>>> Article R 4311-5 (extraits): « Dans le cadre de son rôle propre, l’infirmier ou l’infirmière accomplit les actes ou dispense les soins suivants visant à identifier les risques et à assurer le confort et la sécurité de la personne et de son environnement et comprenant son information et celle de son entourage :

12º Installation du patient dans une position en rapport avec sa pathologie ou son handicap ;

15º Aspirations des sécrétions d’un patient qu’il soit ou non intubé ou trachéotomisé ;

16º Ventilation manuelle instrumentale par masque ;

17º Utilisation d’un défibrillateur semi-automatique et surveillance de la personne placée sous cet appareil ;

19º Recueil des observations de toute nature susceptibles de concourir à la connaissance de l’état de santé de la personne et appréciation des principaux paramètres servant à sa surveillance : température, pulsations, pression artérielle, rythme respiratoire, volume de la diurèse, poids, mensurations, réflexes pupillaires, réflexes de défense cutanée, observations des manifestations de l’état de conscience, évaluation de la douleur ;

20º Réalisation, surveillance et renouvellement des pansements non médicamenteux ;

21º Réalisation et surveillance des pansements et des bandages autres que ceux mentionnés à l’article R. 4311-7 ;

29º Irrigation de l’oeil et instillation de collyres ;

35º Surveillance des fonctions vitales et maintien de ces fonctions par des moyens non invasifs et n’impliquant pas le recours à des médicaments ;

39º Recueil des données biologiques obtenues par des techniques à lecture instantanée suivantes :

  • Urines : glycosurie acétonurie, protéinurie, recherche de sang, potentiels en ions hydrogène, pH ;
  • Sang : glycémie, acétonémie ;

40º Entretien d’accueil privilégiant l’écoute de la personne avec orientation si nécessaire ;

41º Aide et soutien psychologique ;

42º Observation et surveillance des troubles du comportement.

Page créée le 19/03/2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *