Protocoles "Urgences en entreprise" pour les infirmiers en santé au travail

Ces protocoles représentent une adaptation des recommandations de la SFMU pour la situation d’une infirmière en santé au travail confrontée en entreprise à une urgence médicale, en absence du médecin du travail.

Référence: Recommandations professionnelles de la Société Française de Médecine d’Urgence « L’infirmier DE seul devant une situation de détresse médicale », décembre 2011

Protocoles :

  • Arrêt cardio-respiratoire
  • Douleur aigue
  • Convulsions
  • Difficultés respiratoires (en dehors d’un traumatisme)
  • Douleur thoracique non traumatique
  • Hypoglycémie
  • Hémorragie sévère
  • Réaction allergique grave
  • Poussée d’hypertension artérielle
Matériel nécessaire :

  • Tensiomètre, stéthoscope
  • Thermomètre auriculaire à infrarouges
  • Glucomètre
  • Matériel oxygénothérapie/ventilation (lunettes, masque haute concentration, nébulisateur, tubulure pour oxygène, masque Ambu + insufflateur avec soupape de surpression, masque de poche pour secouristes, canule Guedel)
  • Trousse de perfusion (tubulure, robinet à 3 voies, cathéters de 16 et 18G)
  • Collier cervical
  • Echelle visuelle analogique (à confectionner soi-même éventuellement)
  • Réfrigérateur, petit modèle (pour garder certains médicaments Anapen, Glucagen, etc.)
  • Défibrillateur
Médicaments nécessaires:

  • Sérum salé (NaCl 0,9%), poches de 500 ml
  • Oxygène (bouteille)
  • Salbutamol (unidoses pour nébulisation de 2,5 mg / 2,5 ml)
  • Paracétamol 500 mg
  • Glucose 30% – ampoules de 20 ml
  • Glucagen Kit 1 mg
  • Anapen (seringue préremplie de 0,3mg pour injection intramusculaire)

Arrêt cardio-respiratoire

  • Donner l’alerte, demander de l’aide de la part des secouristes
  • Confirmer l’arrêt respiratoire (absence de respiration efficace pendant 10 secondes)
  • Débuter la réanimation cardio-pulmonaire de base (30 compressions thoraciques / 2 ventilations, rythme 100-120 compressions/minute d’une profondeur de 4-5 cm)
  • Demander le défibrillateur
  • Appeler le 15
  • Continuer une réanimation de qualité (+ défibrillation, si appareil disponible) en attendant l’arrivée du SAMU (surveiller la qualité des compressions, se relayer toutes les 2 minutes)
  • Poser une voie veineuse périphérique sous réserve que l’acte n’interrompe pas les manœuvres de RCP et préparer 1mg d’adrénaline à être administrée après 3 chocs successifs inefficaces

Douleur aigue

Evaluation :

  • Entretien infirmier : antécédents, traitements en cours, circonstances de survenue de la douleur, notion de traumatisme
  • Prise de paramètres vitaux : pouls, tension artérielle, fréquence respiratoire, évaluation de la douleur sur l’échelle visuelle analogique (EVA) ou évaluation subjective par l’infirmière
  • Recherche signes de gravité : troubles de conscience, signes périphériques de choc

Actions :

  • Traiter la douleur aigue : rassurer, donner de l’information, immobiliser le membre douloureux, glacer si nécessaire, paracétamol 500 mg (1 ou 2 comprimés, à renouveler après quelques heures si besoin)
  • Réévaluer périodiquement la douleur, surveillance du patient

Convulsions (crise d’épilepsie)

Evaluation :

  • Entretien infirmier : antécédents, traitements en cours, circonstances de survenue de la douleur, notion de traumatisme
  • Prise de paramètres vitaux : pouls, tension artérielle, fréquence respiratoire, glycémie capillaire, température
  • Recherche de signes de gravité : crises d’une durée de plus de 5 minutes ou succession de crises, absence d’amélioration de la conscience après 30 minutes, hypoglycémie
  • Passer un bilan au médecin régulateur du SAMU

Actions :

  • PLS, empêcher la morsure de la langue
  • Administrer de l’oxygène à fort débit
  • Corriger toute hypoglycémie
  • Mise en place d’une voie veineuse périphérique
  • Surveillance de la modification de l’état de conscience (réveil, coma) et de toute modification de la crise (cessation, récidive) ; annoncer le médecin régulateur de ces changements ;

Difficultés respiratoires (en dehors d’un traumatisme)

Evaluation :

  • Entretien infirmier : antécédents notamment cardio-respiratoires, traitements en cours, hospitalisations antérieures notamment en service de réanimation, notion d’allergie, circonstances de survenue de la douleur
  • Prise de paramètres vitaux : pouls, tension artérielle, fréquence respiratoire, état de conscience, capacité d’élocution
  • Recherche de signes de gravité : tirage, sueurs, cyanose, signes périphériques de choc, troubles de conscience, élocution impossible, fréquence respiratoire >30/min ou <10/min
  • Passer un bilan au médecin régulateur du SAMU

Actions :

  • Administrer de l’oxygène à fort débit
  • Respecter la position spontanée du patient
  • Chez un asthmatique connu, donner un aérosol de béta-2 mimétique sous oxygène (2 bouffées à renouveler si besoin toutes les 5 minutes, administrer un maximum de 8 bouffées)
  • En cas de signes de gravité, mise en place d’une voie veineuse périphérique
  • Surveillance de l’apparition d’un signe de gravité

Douleur thoracique non traumatique

Evaluation :

  • Entretien infirmier : horaire et circonstances de survenue de la douleur, facteurs de risque, signes associés, traitements antérieurs
  • Prise de paramètres vitaux : pouls, tension artérielle, fréquence respiratoire, état de conscience, glycémie capillaire
  • Recherche de signes de gravité : détresse respiratoire, signes périphériques de choc
  • Passer un bilan au médecin régulateur du SAMU, favoriser le contact direct entre le patient et le médecin régulateur

Actions :

  • Avoir le défibrillateur à proximité du patient
  • Administrer de l’oxygène à fort débit
  • Mise en place d’une voie veineuse périphérique
  • Si disponible, électrocardiogramme 18 dérivations, à faxer au médecin régulateur, à réaliser après avoir passé le bilan
  • Surveillance des modifications dans l’état clinique du patient, notamment la modification de la douleur, passer un bilan complémentaire au médecin régulateur

Hypoglycémie

Définition = malaise ou trouble de la conscience avec une glycémie < 3 mmol/l ou 54 mg/dl

Evaluation :

  • Entretien infirmier : antécédents notamment de diabète, traitements en cours, circonstances de survenue, prise d’alcool
  • Prise de paramètres vitaux : pouls, tension artérielle, fréquence respiratoire, état de conscience, glycémie capillaire
  • Recherche de signes de gravité : trouble de conscience, crise convulsive
  • Passer un bilan au médecin régulateur du SAMU

Actions :

  • Donner du sucre par voie orale si possible (chocolat, fruits ou boissons sucrées etc)
  • En cas de trouble de conscience ou d’impossibilité d’utiliser la voie per os, mettre en place d’une voie veineuse périphérique avec du sérum salé et administrer du glucose par voie intraveineuse (2 à 4 ampoules de glucose à 30%)
  • En cas d’impossibilité d’administration per os ou intraveineuse de glucose, administrer du glucagon, si disponible (Glucagen Kit 1 mg par voie intramusculaire)
  • Surveillance des modifications dans l’état clinique du patient, notamment la modification de la douleur, passer un bilan complémentaire au médecin régulateur

Hémorragie sévère

Evaluation :

  • Entretien infirmier : traitements en cours, en particulier ceux à visée cardiovasculaire : antiagrégants, anticoagulants, bétabloquants, circonstances de survenue
  • Recherche d’autres sites d’hémorragie
  • Prise de paramètres vitaux : pouls, tension artérielle, fréquence respiratoire, état de conscience
  • Recherche de signes de gravité : signes périphériques de choc, trouble de conscience
  • Passer un bilan au médecin régulateur du SAMU le plus rapidement possible

Actions :

  • Si traumatisme complexe concernant la tête ou le rachis, immobilisation de la tête et pose d’un collier cervical et s’assurer de la perméabilité des voies aériennes
  • Gestes secouristes de contrôle des hémorragies externes (compression directe de la plaie, éventuellement pansement compressif), en cas d’échec, mettre en place un garrot
  • Administrer de l’oxygène à haut débit
  • Mettre en place une voie veineuse périphérique de gros calibre avec du sérum salé, mais ne pas administrer des quantités importantes de solutés qu’en cas de pression artérielle effondrée (TA systolique inférieure à 9 cm Hg)
  • S’assurer de l’efficacité des moyens de contrôle de l’hémorragie en particulier pour les saignements masqués (par le pansement compressif)
  • Surveillance régulière des paramètres vitaux : pouls, tension artérielle, fréquence respiratoire, signes périphériques de choc, état de conscience

Réaction allergique grave

Evaluation :

  • Rechercher des antécédents allergiques et de réaction allergique grave
  • Recueillir des informations sur les circonstances de survenue en essayant d’identifier l’allergène (victime, témoins)
  • Recherche des signes de gravité : respiratoires (difficultés respiratoire, modification de la voix, œdème de la face), conscience (état confusionnel), autres signes (érythème, urticaire, diarrhée)
  • Prise de paramètres vitaux : pouls, tension artérielle, fréquence respiratoire, état de conscience
  • Passer un bilan au médecin du SAMU

Actions :

  • Position semi-assise en présence de signes respiratoires
  • Donner de l’oxygène
  • Si difficultés respiratoires, donner des aérosols de salbutamol (nébulisation sous oxygène, donner 2 à 4 unidoses de 2,5ml)
  • Si œdème de Quincke (modification de la voix, œdème du visage), si difficultés respiratoires majeures (impossibilité de parler) ou si collapsus, donner de l’adrénaline 0,3 mg en intramusculaire (Anapen)
  • Mettre une ligne intraveineuse avec du sérum salé
  • Surveillance régulière des paramètres vitaux : pouls, tension artérielle, fréquence respiratoire, signes périphériques de choc, état de conscience

Poussée d’hypertension artérielle

Evaluation :

  • Confirmer la réalité de la poussée d’hypertension artérielle (prendre la TA au patient allongé, après un repos de 10 minutes, TA systolique > 14 cm Hg et/ou TA diastolique > 9 cm Hg)
  • Recueillir les symptômes du patient, les antécédents cardiovasculaires (diagnostic de HTA), les traitements actuels, le contexte de survenue
  • Présence de signes de gravité : céphalées intenses, vomissements, altération de l’état de conscience, trouble visuel, douleur ou gêne thoracique, difficultés respiratoires

Action :

  • Allonger le patient
  • En cas de présence des signes de gravité, ne pas attendre, appeler le 15 immédiatement
  • Si présence concomitante de douleur, donner du paracétamol (1-2 comprimés), si anxiété, rassurer
  • Reprendre la tension après 20 minutes de repos allongé:
    • Si persistance d’une TA systolique >= 18 cm Hg et/ou TA diastolique >= 11 cm Hg, appeler le 15 et organiser l’évacuation vers l’hôpital pour bilan
    • Si la TA systolique < 18 cm Hg et TA diastolique < 11 cm Hg, consultation du médecin traitant dans la semaine

(Bibliographie : Revue Contact & Urgences, 2007)

Page créée le 01/06/2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *