Le syndrome d’apnées hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS)

Le syndrome d’apnées hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) est une pathologie fréquente chez le sujet adulte d’âge moyen, caractérisée par un collapsus répété des voies aériennes supérieures au cours du sommeil. Le diagnostic de SAHOS repose sur la confrontation de signes cliniques non spécifiques, fréquents en population générale, et d’enregistrements polygraphiques complexes dont l’offre est actuellement inadaptée à la prévalence de la maladie. Non traité, le SAHOS expose à d’importantes perturbations de la qualité de vie, à un risque accru d’accidents automobiles et à une augmentation de la morbidité mortalité cardiovasculaire.

Le SAS doit être suspecté devant un ronflement important, irrégulier, une somnolence diurne excessive et une fatigue chronique associées parfois à une irritabilité ou un syndrome dépressif. Autres signes associés : céphalées matinales, bouche sèche au réveil.

Définition du syndrome d’apnées hypopnées obstructives du sommeil

Le SAHOS est diagnostiqué sur la présence des critères A ou B et du critère C :

A. Somnolence diurne excessive non expliquée par d’autres facteurs

B. Deux au moins des critères suivants non expliqués par d’autres facteurs :

– Ronflement sévère pendant le sommeil et quotidien

– Sensations d’étouffement ou de suffocation pendant le sommeil

– Eveils répétés pendant le sommeil

– Sommeil non réparateur

– Fatigue diurne

– Difficultés de concentration

– Nycturie (plus d’une miction par nuit)

C. Critère polysomnographique : Apnées + Hypopnées ≥ 5 par heure de sommeil (IAH ≥ 5)

Intérêt du dépistage en médecine du travail

Le dépistage en médecine du travail du syndrome d’apnées hypopnées obstructives du sommeil est essentiel et fait partie de l’évaluation de l’aptitude pour ceux dont l’activité professionnelle est associée à un risque élevé d’accident ou dont le travail requiert une forte attention et concentration.

Recommandations concernant l’examen clinique:

  • mesure du poids, de la taille, du périmètre abdominal
  • auscultation cardiaque et des gros axes vasculaires
  • mesure de la pression artérielle aux deux bras en position allongée ou semi assise après 5 minutes de repos

Outils d’évaluation à disposition du médecin du travail :

  • évaluation de la somnolence diurne : échelle de somnolence d’Epworth
  • évaluation de la fatigue : échelle de fatigue de Pichot
  • évaluation des symptômes : questionnaire de Berlin

Vu que le SAHOS constitue un facteur de risque indépendant pour un certain nombre de pathologies cardio-vasculaires et/ou en aggrave le pronostic (hypertension artérielle, pathologie coronaire, accidents cérébrovasculaires, troubles du rythme et de la conduction), et que ces représentent en soi des problèmes d’aptitude à la conduite de véhicules, le médecin du travail pourrait s’intéresser à la présence de ces maladies également.

Evaluation spécialisée

Devant un suspicion de SAHOS, une évaluation spécialisée est nécessaire: pneumologie ou médecin formé à la pathologie du sommeil:

  • consultation en urgence (max. 2 semaines): les postes de travail où la sécurité est un enjeu majeur
  • consultation en semi-urgence (max. 2 mois): pas d’enjeux de sécurité, par contre somnolence diurne sévère (score à l’échelle de somnolence d’Epworth égal ou supérieur à 15) ou comorbidités cardiovasculaires ou respiratoires
  • consultation sans urgence : pas d’enjeux de sécurité, pas de somnolence diurne sévère ou de comorbidités cardiovasculaires ou respiratoires.

Chez les professionnels de conduite diagnostiqués avec le SAHOS , une mesure objective de la somnolence par le test de maintien de l’éveil (TME) apparaît comme nécessaire pour confirmer la bonne réponse au traitement et l’aptitude à la conduite d’un véhicule.

Messages à passer aux patients

  • la consommation d’alcool et de sédatifs surtout le soir est contre-indiquée car elle peut aggraver la maladie, en absence du traitement
  • la perte de poids est bénéfique (évidemment en cas de surpoids ou obésité)
  • une information écrite sur le risque accidentel chez les conducteurs souffrant de SAHOS, en particulier s’ils rapportent une somnolence au volant et/ou s’ils ont un index d’apnées / hypopnées élevé

Références:

  • Société de Pneumologie de Langue Française, Recommandations pour la Pratique Clinique: Syndrome d’apnées hypopnées obstructives du sommeil de l’adulte, 2010
  • Lignes directrices canadiennes en santé respiratoire, Recommandations pour le diagnostic et le traitement du syndrome de l’apnée du sommeil, 2008

Page créée le 07/03/2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *